Faire son coming out...

Tu le sais peut-être depuis toujours ou tes diverses expériences, sentiments t’amènent à penser que tu es surement homo ou bi…tu penses à faire ton coming out.  Prends d’abord le temps de bien te connaître, d’être sûr de toi et de t’accepter complètement. Tu pourras alors en parler de façon calme et confiante. 

Faire son coming out ou pas ?

Pas de stress. Chacun est différent. Même si tu entends souvent parler de coming out, que tu as l’impression que tout le monde le fait ou que tu te sens un peu forcé pour faire plaisir à ton amoureux-euse, ami-e, sœur… Sache que ce n’est pas obligatoire, que c’est à toi seul de décider d’en parler ou pas. A toi de savoir si tu es prêt.
 
Si tu as l’impression que cela te fera du bien de t’affirmer et que tu as envie de crier haut et fort « Je suis homo ». Si tu ne veux plus vivre dans le stress d’être dénoncé ou découvert sans le vouloir. Si tu as envie que les autres te voient comme tu es. C’est peut être le moment pour toi de sortir du placard. Comment ?  Il y a autant de coming out que d’homo, il n’y a donc pas vraiment de façon de faire définie.
 
Peut-être te sens-tu encore fragile face à cela… Tu as peur que tes parents, tes proches ne soient pas assez ouverts d’esprit et que ton coming out soit difficile à vivre. Attends peut-être un petit peu afin de te sentir plus fort.

A qui le dire ?

Certains décident d’en parler d’abord à un-une ami-e proche, c’est souvent plus facile…mais ce n’est pas obligatoire. A toi de choisir, quand tu te sens en confiance, la personne avec qui tu voudrais le partager : ami-e-s, parents, profs… Peu importe tant que tu es bien.

Du soutien

N’hésite pas à rentrer en contact avec d’autres homos pour discuter avec eux de leur coming out. Il existe de nombreux endroits où tu peux trouver du soutien en Belgique : des associations LBGTQI, des lieux de rencontres homos, les forums, les discussions sur internet et même une ligne d’écoute que tu peux appeler dès que ca va mal.

Voir aussi