Problèmes de la Sécu aujourd'hui

Trop de personnes âgées, plus envie de cotiser, crise économique... On est loin de boucher le fameux trou de la Sécu. La Sécurité Sociale doit aujourd'hui faire face à de nombreux défis et problèmes.

Changements dans notre société


Une population vieillissante
ce qui aura une influence sur le cout des pensions, leur financement (y aura-t-il suffisamment de jeunes travailleurs qui cotiseront pour payer les pensions ?), mais aussi sur le cout des soins de santé.

La crise économique qui a entrainé une augmentation du nombre de chômeurs.

Ces changements ont entrainé une diminution des recettes de la Sécu alors que les dépenses sont de plus en plus importantes. Conclusion, les caisses de l'ONSS sont dans le rouge : c'est ce qu'on appelle le trou de la Sécu.

L'effondrement financier lié aux banques qui a aggravé la situation de la dette publique et a entrainé l'état dans une logique d'économie de plus en plus sévère. C'est ce qu'on appelle la politique d'austérité : l'état "ferme les robinets" à tous les niveaux et demande aux différents pilliers de la Sécu de diminuer leur dépense. Cela fait d'autant plus grincer des dents que beaucoup de citoyens belges ont l'impression de payer une dette illégitime : celle des banques que l'état a dû renflouer avec ses deniers donc avec leur argent !

Tendances idéologiques dominantes

Le néolibéralisme est la politique économique dominante. Pour faire court, cela veut dire que l’intervention de l’état dans l’économie est limitée, au profit des entreprises privées.  Les néolibéraux prônent la libre concurrence (droit à la concurrence au nom de la liberté d’entreprendre) par la délocalisation (fait de fermer une entreprise située en Belgique pour l'ouvrir dans un pays où la main d’œuvre est moins chère) et par la mondialisation (échanges commerciaux au niveau mondial).

Conséquences

La concurrence mondiale est de plus en plus forte. Elle accroit la pression sur les travailleurs et la compétition entre eux. Ce modèle économique a des répercussions : société du chacun pour soi où la compétition, la sélection domine (Si t’es au chômage, c’est que tu le veux bien… Qui cherche trouve ! Ce qui en temps de crise, n’est évidemment pas si simple !).
 
Cette tendance au chacun pour soi est exploitée par les mouvements d’extrême droite qui vont donner une coloration ethnique à tout ça : s’il y a du chômage, c’est la faute des étrangers !