Les autres solutions

Les solutions solidaires ne font pas l'unanimité, voici quelques-unes de ces autres solutions proposées pour diminuer le trou de la Sécu :
 
  • Privilégier les assurances privées : assurances perte de revenus, assurances hospitalisation, assurances pensions… Pour certains, chaque personne doit s’assurer individuellement et de façon privée pour différents risques. Ce principe est contraire à l’esprit de la Sécu, basé sur la solidarité. Avec les assurances privées le danger est de voir l’écart entre les riches et les pauvres augmenter davantage : seuls ceux qui en auraient les moyens pourraient se mettre à l’abri !
 
  • Allonger le temps de carrière : imagine-toi en classe avec un prof de plus de 65 ans ! Sans parler des professions plus « physiques » comme les métiers du bâtiment, par exemple !
 
  • Faire pression sur les chômeurs pour les responsabiliser allant jusqu’à l’exclusion de leur droit au chômage. Conséquences : appauvrissement de la population et donc diminution de l’activité économique (si les gens ne peuvent plus rien s’acheter, qui va faire tourner les commerces ?) – injustice sociale : le message donné avec cette mesure est : si un chômeur ne trouve pas de travail, c’est qu’il ne le veut pas. Or, la plupart des chômeurs ne trouvent pas de travail parce que le marché de l’emploi ne leur en donne pas (sous-qualifiés, trop âgés, trop peu expérimentés, trop peu d’offres).
 
  • Employer les chômeurs pour des travaux d’intérêts généraux : si travail il y a, pourquoi alors ne pas employer la personne avec un vrai contrat, un vrai salaire ? Cette proposition ressemble à de l’exploitation plus qu’à une solution !