Bloquer, oui, mais où ?

C’est une question qui peut te sembler anodine ou au contraire angoissante. Mais il est important de te la poser. La période de bloque est déjà suffisamment stressante pour ne pas, en plus, devoir la passer dans un lieu inadapté !

 
Quelques pistes de réflexion pour trouver TON endroit de blocus :
 
  • As-tu besoin de te sentir rassuré, soutenu, chouchouté ? Si oui, il y a de fortes chances que tu te sentes bien chez tes parents pour étudier.
 
  • Si tu ressens-tu déjà de la mauvaise humeur rien qu’à l’idée d’entendre ta mère te demander : « Alors, la bloque, ça avance ? », il vaut peut-être mieux envisager de passer ton blocus ailleurs que chez papa – maman.
 
  • Si tu restes chez toi, seras-tu supportable pour les autres durant cette période ? On n’y pense pas toujours, mais un étudiant en blocus peut être imbuvable et mettre les nerfs de sa famille à rude épreuve. Comment faire pour que l’ambiance reste agréable ? Mieux vaut en discuter préalablement en famille pour que les choses se passent le plus sereinement possible ! C'est le moment d'exprimer ce que tu attends d'eux pendant cette période : un soutien logistique (tu aimerais qu'on te prépare les repas)? Un soutien logistique mais aussi affectif, psychologique (tu veux pouvoir parler de tes craintes, de tes découragements, sentir que tes proches te comprennent et te soutiennent) ? Tu veux qu'on te fasse confiance et qu'on ne te pose aucune question quand tu sembles travailler moins ? Tu veux qu'on te secoue, qu'on t'encourage quand tu n'as plus envie d'étudier ?
 
  • Si tu optes pour le kot, y seras-tu seul ou avec d’autres étudiants ? Si tu es le seul à étudier au kot, cela te dérange-t-il ? Te fait-il peur ? Ou au contraire te réjouit-il ? Si tes co-kotteurs sont présents : comment va se passer votre cohabitation ? Allez-vous manger, faire des pauses ensemble ou chacun va-t-il vivre selon son propre rythme d’étude ? Si les rythmes sont très différents, comment éviter de ne pas déranger ou d’être dérangé par les autres (la douche à six heures du mat pour se réveiller, ça se comprend, mais peut-être moins quand l’étudiant à côté de la salle de bains a étudié jusqu’à minuit). Et si certains ne travaillent pas et font la fête, ne vas-tu pas te laisser trop souvent tenter ?… Tout cela n’est pas si simple et demande une franche discussion tous ensemble, pour se mettre d’accord sur un certain nombre de règles en période de blocus.
 
  • Si ni le kot ni la maison ne te semblent être des lieux accueillants pour étudier, quelles autres pistes s’offrent à toi ? La bibliothèque ? Un couvent de ta région ? Un ami, un membre de ta famille qui pourraient te loger ?

Télécharger les conseils Coolkit pour tes parents